énsa-v
agenda
< <

mai 2017

> >

L

M

M

J

V

S

D

1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        


recherche

> Trier par thème

études

école

exposition

rencontres autour d'un livre

concours

portes ouvertes

documentation

recherche

publications

associations

recrutement

international

conférence

divers

appels d'offre / marchés publics

colloque

travaux

vidéo

mooc

> Trier par lieu

recherche

Figures de la fiction documentaire : Marker et la question de l’histoire III

de Vincent Jacques, philosophe, enseignant ENSA-V & chercheur au LéaV | Salle Germaine Tillion, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Mercredi 10 mai 2017 à 18h30

Collège International de Philosophie

lien : Pour en savoir +

Figures de la fiction documentaire : Marker et la question de l’histoire III

de Vincent Jacques, philosophe, enseignant ENSA-V & chercheur au LéaV

Mercredi 10 mai 2017 à 18h30

Résumé
Nous poursuivrons notre travail sur la relation de Chris Marker à l’histoire contemporaine en analysant les formes cinématographiques collectives de son engagement politique et l’impact de ces années dans la suite plus solitaire de son parcours. La fin des années soixante et les années soixante-dix se caractérisent par des formes collectives de militance : principalement, les Groupes Medvedkine, les Ciné-tracts et la création de la coopérative de production SLON. Il s’agira de comprendre les enjeux de cet engagement collectif ainsi que la redéfinition des formes cinématographiques et des modalités de travail qu’il implique. Il sera par exemple intéressant de se pencher sur la notion « d’auteur » : en effet, quel est le rôle d’un cinéaste connu dans un collectif anonyme ? Quel rapport avec la « politique des auteurs » des Cahiers du cinéma et avec les textes célèbres de Barthes et Foucault sur la relativisation de l’importance du rôle de l’auteur ? (« La mort de l’auteur », « Qu’est-ce qu’un auteur ? »). L’évolution de Barthes sera d’ailleurs à mettre en parallèle avec celle de Marker qui, d’un effacement de sa position d’auteur dans ses années de militance, va finir par s’adonner à un travail réflexif sur l’image et le siècle dans lequel il met en scène sa personnalité. Nous aborderons la question de la réflexivité en deux temps : le retour critique de Marker sur son propre travail ; la mise en récit de l’histoire en relation à l’autobiographie. Sur ce point, il s’agira de comprendre l’évolution de Marker vers un cinéma « essayiste » réflexif (on pourra comparer sa trajectoire à celle de Godard). À propos du rapport entre l’écriture de l’histoire et l’histoire de soi, on réfléchira sur les Essais d’ego-histoire écrits par des historiens de renom (Duby, Le Goff) et initiés par Pierre Nora, et plus généralement à l’écriture de soi renvoyant à une tradition littéraire et philosophique (Montaigne, Rousseau) : il faudra se poser la question de la place de la subjectivité dans l’essai en relation avec sa fonction dans la forme de l’« essai cinématographique ».

Lieu : Salle Germaine Tillion, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), 25 rue de la Montagne Sainte Geneviève, 75005 Paris

Figures de la fiction documentaire : Marker et la question de l’histoire III