énsa-v
agenda
< <

juin 2017

> >

L

M

M

J

V

S

D

      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    


recherche

> Trier par thème

études

école

exposition

rencontres autour d'un livre

concours

portes ouvertes

documentation

recherche

publications

associations

recrutement

international

conférence

divers

appels d'offre / marchés publics

colloque

travaux

vidéo

mooc

> Trier par lieu

exposition

HIPPOCAMPUS

Cheikh Ndiaye
5 mai - 9 juillet 2017

centre d´art

contact : lamarechalerie@versailles.archi.fr

La Maréchalerie est heureuse de présenter une nouvelle exposition personnelle de Cheikh Ndiaye en France. Né en 1970 au Sénégal, puis successivement diplômé de l'école des beaux-arts de Dakar (1998) et de l'école des beaux-arts Lyon (2008), il vit aujourd’hui entre
Lyon, New York et Dakar.

Produit par assemblages et hybridations techniques, son travail convoque une esthétique hétérogène, par un rapport détourné à l’artisanat et à l’architecture. Il produit une forme de symbolisme, en mettant en place des environnements
intimistes et des volumes fragmentaires invitant à la rêverie et à la contemplation, mais toujours emprunts d’une charge esthétique forte par le choix de matériaux bruts et usagés.

Son travail prend autant la forme d’installation et de sculpture mais aussi de films et de peinture. Pour La Maréchalerie, Cheikh Ndiaye s’inspire de la figure particulière de l’Hippocampe et de ses différentes significations.

A l’intersection de l’architecture et de la construction navale, le projet conçu comme un fragment, et produit avec des matériaux de récupération peut renvoyer à différents aspects de la figure mythique du «cheval de mer», à la fois monture céleste, véhicule et créature hybride.


Cheikh Ndiaye est représenté par la galerie Cécile Fakhoury, Abidjan (Côté d'Ivoire).
http://cecilefakhoury.com/


La Maréchalerie is pleased to present a new solo exhibition by Cheikh Ndiaye in France. Born in Senegal in 1970, he graduated successively from the Ecole des beaux arts in Dakar (1998) and the Ecole de beaux arts in Lyon (2008), he lives and works between Lyon, New York and Dakar.

Produced with assemblages and the hybridization of techniques, his work calls to mind a heterogeneous aesthetic through a hijacked relationship to architecture and craft. He produces a kind of symbolism by putting in place intimate environments and fragmentary volumes that invite daydreaming and contemplation but which are always borrow a strong aesthetic charge through the choice of raw and worn-down materials.

His work takes as much the form of installation as of sculpture, but also produces films and painting. For the Maréchalerie, Cheikh Ndiay takes inspiration from the peculiar figure of the Seahorse and its different meanings. At the intersection between architecture and naval construction, the project was imagined as a fragment and produced with found materials and can refer to different aspects of the “horse of the sea,” at once a celestial mount, a vehicle and a hybrid creature. 

he is represented by Cécile Fakhoury Gallery, Abidjan



Vernissage jeudi 4 mai à partir de 18h
Entrée libre

RENCONTRES

Samedi 20 Mai
Nuit Internationale de Musées. ouverture exceptionnelle de 14h à minuit. Visites commentées à 18h et 21h

save the date : Mardi 20 Juin
Rencontre Cheikh Ndiaye / Mamadou Diouf
Mamadou Diouf est Professeur d’Études Africaines et d’Histoire et titulaire de la chaire Leitner Family d’Études Africaines et d’Histoire à l’université Columbia de New York, aux USA où il dirige l’institut d’Études Africaines. Il est aussi professeur invité au Paris School of International Administration de Sciences-Po, Paris (France).
Le jeudi 20 juin à 19 h à la Colonie au 128, rue La Fayette, 75010 Paris

Cheikh Ndiaye, vue de l'exposition "Hippocampus" 2017 - photo Nicolas Brasseur


Cheikh Ndiaye, vue de l'exposition "Hippocampus" 2017 - photo Nicolas Brasseur


Cheikh Ndiaye, vue de l'exposition "Hippocampus" 2017 - photo Nicolas Brasseur


Cheikh Ndiaye, vue de l'exposition "Hippocampus" 2017 - photo Nicolas Brasseur



HIPPOCAMPUS